CONTACT :

sophie.bouquerel@gmail.com

07.81.56.41.46

VALENCE - PARIS

© Sophie BOUQUEREL

Aurélie MORILLAS, exploratrice des matières et des techniques

Par sa curiosité, son esprit d’aventure et sa persévérance, cette ébéniste passionnée par les fibres animales et végétales, est devenue une exploratrice des matières et des techniques prête à traverser la terre entière pour partir à la rencontre de nouveaux savoir-faire. Une soif de connaissance qui lui a donné l’envie de partager et de transmettre cette sensibilité que l’on développe au contact d’une matière et de l’apprentissage d’un geste par la main.

" Ce qui me donne envie de créer, c'est l'énergie qui se déploie autour d'un projet. Les rencontres et les échanges qui nous poussent à aller plus loin. La surprise et la joie de découvrir le résultat après les différentes étapes de créations plus ou moins facile à traverser."

Tu te sens plutôt créatrice, co-créatrice, inventeuse, artisane, interprète, … ?

Pour ma part, je me sens plutôt comme une exploratrice des matières et des techniques, qui a une soif d'apprendre, d'expérimenter et de transmettre la beauté de ses découvertes avec le monde qui l'entour.

Parmi tes œuvres, quelle est celle que tu aimes le plus et pourquoi ?

Le choix est difficile car elles ont chacune leur identité, tout en étant en lien les unes avec les autres. Ce n'est pas par hasard que mes recherches tournent autour des matières fibreuses animales et végétales. Une des oeuvres qui m'a le plus marqué est aussi l'une des premières. Une montagne faite de bois et de tissus, associant artisanat et art contemporain, tout en créant du lien avec les personnes qui ont participé à ce chantier improbable. Le meilleur moment était l'installation des tissus et me retrouver en haut du dernier sommet. Une sensation de liberté incroyable.

Qu’est-ce qui te donne envie de créer ?

 

Ce qui me donne envie de créer, c'est l'énergie qui se déploie autour d'un projet. Les rencontres et les échanges qui nous poussent à aller plus loin. La surprise et la joie de découvrir le résultat après les différentes étapes de créations plus ou moins facile à traverser.

Qu’est-ce qui t'éloigne de la création et comment fais-tu pour en retrouver le chemin?

 

Trop de stabilité et de confort qui nous donnent peur de prendre des risques. Le meilleur moyen pour moi de retrouver ma liberté est d'aller marcher, me remettre en mouvement puis m'arrêter pour admirer la beauté du quotidien et écrire toutes les choses qui me passent par la tête. Soudain, je me remets à rêver que tout est possible, il suffit de faire le premier pas.

Dans ton expérience, quels sont les liens qui existent entre idée, matière, corps et création ?

 

L'idée est cette graine semée à un moment de notre vie qui peu à peu grandit pour s'épanouir. Certaines éclosent et d'autres restent dans un coin de notre tête. C'est bien souvent la rencontre avec une matière, une technique ou une personne qui nous amène à mettre notre corps en mouvement. Nos mains viennent se perdre au contact de la matière, en répétant les gestes qui leur permettront d'imaginer d'autres possibles. Nous entrons dans cette phase de création rempli d'incertitudes et de surprises.

Pourrais-tu nous raconter ce qui se passe à l’intérieur de toi quand tu es en train de créer (en nous donnant un exemple) ?

Avant de me lancer dans la réalisation d'un projet, je commence par le laisser prendre sa place. Il tourne un moment dans ma tête, se nourrissant de réflexions créatives ou techniques, d'observations et d'échanges. Puis vient le moment de passer à l'action en s'ajustant à la réalité. Lors de la création du tabouret "Robrog", l'idée avait tellement germé dans ma tête que je voyais et ressentais chacune de ses courbes. Il prenait peu à peu forme entre mes mains, tout en m'arrêtant pour ajuster quelques points techniques auxquels je n'avais pas pensé. Ce passage de l'idée à la réalité m'a procuré une sensation de liberté et de légèreté comme si une partie de moi avait réussi à sortir pour être partagée à la lumière du jour.

Comment sais-tu qu’une œuvre est terminée ? A quoi le reconnais-tu ?

Une œuvre est pour moi terminée lorsque je n'ai plus rien à lui apporter. Elle répond au but que je m'étais fixé. Je dois à présent la laisser vivre.

Qu’est-ce que tu aimerais dire à celui ou celle qui n’ose pas se lancer dans un processus créatif ?

 

Vivez et profitez de chaque instants sans rien regretter car ce n'est pas le résultat qui compte mais le chemin parcouru pour y arriver. 

Si tu avais un livre, un artiste, une œuvre qui t'as touchée et que tu aimerais nous faire découvrir … ?

 

Si j'avais un livre à vous faire découvrir ce serait "Aux Frontières de L'Europe" de Paolo Rumiz qui nous transporte avec lui dans ses aventures et ses rencontres improbables. Si c'était une artiste ce serait plutôt une artisan d'art, Mati Ventrillon, créatrice de pull s'inspirant de tradition populaire sur une île des Shetlands au nord de l’Écosse. Et pour l’œuvre, je pense plutôt à des projets d'hommes et de femmes de caractères qui par leur force, leur détermination et leur engagement, m'ont montrer qu'il n'y avait pas de limite à notre liberté de créer.

Et si tu nous partageais ton meilleur remède contre le découragement ?

 

Mon meilleur remède pour lutter contre le découragement est de m'imaginer sur l'eau à bord d'un kayak. Garder la tête haute, en regardant droit devant et pagayer sur les vagues sans perdre l'équilibre.