Rechercher

Alchimie du vivant


Regarde moi. Je suis Ulysse, l’homme aux mille visages, aux mille voyages, aux mille explorations. L’homme de l’utile et du bon sens. Du pragmatisme et du courage. L’homme qui voit loin et qui emmène à sa suite… Oui, j’ai grandi ainsi. Mais si tu écoutes en moi, par-delà les battements de mon cœur, tu entendras combien c’est l’inutile qui danse. La joie du beau, de l’éphémère, de l’émouvant. La voix de l’homme en moi qui ne désire, au fond, qu’une seule chose. Participer à la splendeur de ce monde et à son intensité…


Ce soir tous les mots me semblent grossiers. J’aimerais seulement tenir tes deux mains dans les miennes et laisser couler ta voix en moi comme une source paisible. Pour que tu guides un peu mon âme tâtonnante… J’aimerai que du balancement de ton pas, tu me berces. Pour que ma route devienne enfin une danse. Mon chemin, un envol… J’aimerais tellement que les mots de ta bouche me parviennent et refondent en moi le monde. Que je vois autrement. Que les grands luminaires à nouveau se rejoignent. Et que de leur alliance naisse une aube profonde … S’il le faut, je ferais miennes les plus anciennes fables et et j’apprendrais les mythes les plus fous. Sans condition. Pour qu’advienne enfin ma métamorphose…


J’aimerais, dans ton creuset, déposer mon magma. Réécrire le passé avec mon advenir. Et vivre enfin dans la présence brûlante de ce qui danse en moi. De ce qui vibre, de ce qui éclaire puissamment toutes choses. Oui, vivre à chaque pas dans cet amour qui peut tout. Même l’impensable. Surtout l’impensable…


Aussi loin que tu sois, pourvu que tu m’entendes… Et ce cri de silence. Mon chant d’amour.

Ulysse

34 vues